top of page
flower 0.jpg
Rechercher

Le décodage de février : L’ECZÉMA

Dernière mise à jour : il y a 7 jours

 Par Caroline PICOU-NOLL, thérapeute.



Décodage de la peau et de l'eczéma. Liens entre les émotions - ressentis et les symptômes - maladies. Décodage des origines des maladies. Sens des symptômes. Décodage biologique et émotionnel. L'Atelier de l'Être Caroline PICOU-NOLL


Comment se fait-il que votre peau réagisse au stress et aux émotions ? Qu’est-ce qui bouillonne à l’intérieur ? De quelle façon l'eczéma pourrait parler de rupture de contact émotionnel, de difficultés à établir des frontières personnelles ? Comment les défis relationnels et le besoin de connexion se manifestent-ils à travers votre peau ? Déchiffrons ensemble le mécanisme émotionnel de l'eczéma.

 

 

Introduction aux Décodages Mensuels


À travers cette série de décodages, je vous propose de découvrir une approche psychosomatique et psycho-émotionnelle de la maladie et de cultiver un réflexe ‘bio-logique’ qui vous aidera à interpréter vos symptômes. Au-delà d’une liste de décodages de maladies et de mal-êtres, je vous proposerai des pistes de réflexion et des questions clés, qui peut-être vous encourageront à développer un regard nouveau et autonome sur la mécanique biologique et à construire votre propre compréhension des liens entre les ressentis non exprimés ou inconscients et les réactions du corps.

 

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de la maladie vu depuis l’angle de la psycho-biologie, je vous propose un article complet ICI.



Sommaire - Vous retrouverez cette même trame pour chacun des sujets que je développerai au cours de l'année :

 

1.     Étymologie

 


Dans l’approche psychobiologique d’un trouble, la question que l’on pose en premier lieu est celle de son utilité. Regardons ensemble à quoi sert l’organe ou les tissus impliqués et ce que les symptômes peuvent dévoiler du ressenti qui en est la source.

 

 



 

Alors … à quoi ça sert L’ECZÉMA ? 



 

1.     Étymologie

 

Du grec ancien ἔκζεμα , ékzema « éruption cutanée », ekzéô « bouillonner »

 

 

 

2.     Définition & symptomatologie

 

Il existe de nombreux types d'eczéma. Dans sa la plus forme courante, il est caractérisé par une inflammation de l'épiderme (qui se trouve en phase de réparation). Cette affection cutanée peut se manifester par une gamme variée de symptômes, incluant des rougeurs, des vésicules, des démangeaisons, une peau sèche et squameuse, etc. Ces manifestations sont le résultat de la réaction de l'organisme face à une multitude de stimuli, qu'ils soient internes ou externes. Leur intensité peut considérablement varier d'un individu à l'autre.

 

 

 

3.     Fonctions de l’organe / des tissus impliqués

 

…La peau, qu’est-ce que c’est ? à quoi ça sert ?

 

La peau, couvrant une surface d’environ 1,5 à 2 m² et pesant entre 3 et 5 kg, est l'organe le plus vaste du corps humain. Elle se renouvelle tous les 25 à 45 jours ; on change de peau environ 1200 fois au cours d'une vie ! Structurée en trois couches – l'épiderme, le derme et l'hypoderme –, la peau nous protège des agressions externes comme les chocs, la pollution, et les microbes, les rayons ultra-violets, participe à la protection immunitaire, sert à réguler notre température corporelle et synthétise différentes hormones et éléments vitaux comme la vitamine D. L'épiderme, la couche superficielle, constitue une barrière essentielle agissant également de l’intérieur vers l’extérieur, empêchant notamment la déshydratation. La peau, en tant qu'organe sensoriel, est dotée de plus de 600 000 récepteurs captant divers stimuli – température, douleur, pression, souffle, etc.  La transmission de ces informations au cerveau nous permet de réagir de manière adaptée à notre environnement et nos ressentis.

 




 

4.     Pistes de décodage : protéger, réguler, sentir, communiquer…  

 

En partant des éléments biologiques et physiologiques, que peut-on faire comme liens ?

Quelle est la logique psycho-biologique derrière une poussée d’eczéma ?

Quelle peut être « l’utilité » de ce symptôme ?

 

 

Physiologiquement, la peau d’une personne ayant de l’eczéma est plus perméable aux agressions. Sur le plan psycho-biologique, on peut faire l’analogie entre hypersensibilité cutanée et hypersensibilité émotionnelle.

 


La question centrale dans la sphère des problématiques de peau est la rupture de contact :

"Quel est le ressenti que je n'ai pas pu exprimer, en lien avec une rupture de contact vécue douloureusement ?"


Cette rupture peut prendre la forme d'une séparation, d'un deuil, d’un changement de lieu de vie, de travail, etc. Il peut s'agir aussi d'un ressenti d'agression, de contact imposé, révélant des difficultés à préserver nos limites corporelles ou émotionnelles.


L’un des symptômes de l’eczéma est la modification de l’épiderme dans sa fonction de barrière, ce qui permet d’augmenter la perméabilité. Affiner sa peau peut servir à établir de nouveaux contacts, retrouver un contact perdu. Ou encore surmonter des obstacles relationnels, exprimer un besoin de réciprocité dans les échanges.


Cela peut également servir à contrario à éviter des interactions douloureuses, l'assèchement de la peau provoquant une certaine désensibilisation, parfois même une perte totale de sensation dans la zone concernée.


Ces réflexions nous conduisent à considérer l'eczéma non seulement comme une réaction physique à une perturbation de la barrière cutanée, mais aussi comme une invitation à revisiter nos mécanismes de défense, à faciliter ou empêcher nos relations avec le monde, et même à cultiver une meilleure acceptation de soi. L'eczéma, lorsque le système immunitaire est impliqué, peut être révélateur de conflits identitaires, ou de difficulté à se considérer et faire passer les autres en priorité.


L’eczéma, comme n'importe quel autre symptôme, peut être considéré comme une alerte et nous encourager à chercher quelle en est la cause, comprendre à quoi correspond ce voyant !

Chaque zone du corps affectée par l'eczéma est un indicateur mettant en lumière des besoins émotionnels spécifiques, nous offrant des pistes pour une approche thérapeutique qui adresse à la fois l'aspect physique et les racines émotionnelles profondes de cette condition.

 

 




 

5.     Comment sortir du problème ?

 

La clé réside en la mise en lumière de ce qui se joue inconsciemment à l'intérieur de vous et l’expression de vos ressentis.

 

Vous pouvez pour vous mettre sur la voie vous poser les questions suivantes :


Quels étaient les événements de ma vie au moment où mon eczéma a commencé ou s'est aggravé ? Cette question aide à identifier des déclencheurs spécifiques, tels que des périodes de stress intense, des changements majeurs dans la vie personnelle ou professionnelle, ou des expériences traumatisantes.


Y a-t-il des situations ou des personnes qui semblent systématiquement provoquer ou intensifier mes symptômes d'eczéma ? Reconnaître les liens entre certaines interactions sociales et les poussées d'eczéma peut révéler des dynamiques relationnelles stressantes, toxiques ou douloureuses.


Comment ma routine quotidienne influence-t-elle mon eczéma ? Suis-je régulièrement exposé(e) à des situations qui pourraient le déclencher ? Examiner les aspects du mode de vie qui pourraient contribuer à l'eczéma, y compris le travail, les relations, et les habitudes personnelles.


Comment je me sens émotionnellement juste avant une poussée d'eczéma ? Identifier les émotions prédominantes avant l'apparition des symptômes peut mettre en évidence des états émotionnels récurrents liés à l'eczéma, tels que l'anxiété, la tristesse, le manque, un sentiment d’envahissement, de surcharge spécifique, etc.


Y a-t-il des souvenirs douloureux ou non résolus dans mon passé qui pourraient être liés à mon eczéma ? Explorer les liens potentiels entre l'eczéma et des expériences passées difficiles peut aider à identifier et à traiter des traumatismes émotionnels ancrés.


Ai-je tendance à internaliser mes émotions ou à éviter de les exprimer ? Une difficulté ou une réticence à exprimer des émotions peut entraîner une manifestation physique de ces états internes non résolus.


Dans quelle mesure mon estime de soi est-elle affectée par mon eczéma ? Comprendre l'impact de l'eczéma sur l'image de soi peut révéler un cycle de stress et de baisse de confiance en soi qui exacerbe la condition.

 


En accompagnement thérapeutique, je pose notamment ce type de questions, qui mèneront soit à l’instant dit ‘conflictuel’ - le moment du choc émotionnel, soit à l’instant ou la difficulté, le conflit est résolu. Dans ce contexte de perte de contact, l’eczéma arrive typiquement ‘en réparation’ (phase inflammatoire), c’est-à-dire quand le contact est retrouvé - que la situation soit par ailleurs réelle ou virtuelle.


Par exemple, quand l’enfant retrouve le contact avec le doudou qu’il avait perdu, la peau se répare, et le symptôme apparait. Le doudou n’est pas le problème qui cause l’inflammation, mais bien ce qui permet l’inflammation réparatrice.

 

 

OBSERVER les liens de causes à effets. DÉCODER la logique biologique. CONSCIENTISER la difficulté que le corps exprime. EXPRIMER ses ressentis.

 


Décodage de la peau et de l'eczéma. Liens entre les émotions - ressentis et les symptômes - maladies. Décodage des origines des maladies. Sens des symptômes. Décodage biologique et émotionnel. L'Atelier de l'Être Caroline PICOU-NOLL

 


6.     Exemples de décodages selon différentes parties du corps

 

·       Pli du genou ou du coude : Les éruptions dans ces zones peuvent évoquer le besoin de contact avec soi (pensez par exemple à la position du fœtus dans le ventre de sa mère), ou de difficultés à entrer en contact avec soi-même, ou les autres - surtout chez les individus introvertis qui peinent à s'ouvrir et à se connecter avec la société. Cela peut aussi symboliser le besoin sous-jacent de "déployer ses ailes", de s'ouvrir à de nouveaux contacts et expériences.


·       Cuir chevelu : L'eczéma localisé au niveau du cuir chevelu peut indiquer un tempérament anxieux, en lien avec nos pensées, nos décisions. Conflit mental, besoin de rester caché.


·       Paupières : Possible conflit entre la réalité et notre désir de voir les choses sous un autre angle, refus de voir la réalité telle qu'elle est, ou peur de voir ou dévoiler certains aspects de notre vie.


·       Visage : L'eczéma sur le visage peut parler d’identité et illustrer une sensation de « perdre la face », liée à la pression sociale ou à l'auto-jugement.


·       Sein : Peut évoquer des questions autour de la maternité, de séparation du contact avec le bébé (contact maternant, nourricier, protecteur).


·       Joue : De la même façon, la joue du nouveau-né qui est au contact du sein de sa mère peut réagir à la séparation en présentant de l’eczéma. Plus généralement, il est intéressant aussi de se questionner sur la mémoire d’un contact agréable (caresse) ou agressif (pincement, gifle) sur la joue.


·       Ombilic : L'eczéma dans cette zone peut renvoyer à la vie in utéro, ou à un contact prolongé qui s’est rompu.


·       Tête chez le nourrisson : c’est le haut du crâne qui dans la plupart des cas entre en contact initial avec le monde extérieur ; de l’eczéma à cet endroit peut parler de la rupture du contact avec l’utérus et d’une adaptation difficile au nouvel environnement après la naissance. (le symptôme peut sur le même principe se manifester au niveau des fesses chez des bébés qui étaient en position de siège !)


·       Oreilles : Une éruption d'eczéma au niveau des oreilles peut exprimer une difficulté en lien avec une "séparation auditive" spécifique, un deuil non fait, ou un son douloureux, un refus d'être au contact d’un message que l'on n'est pas prêt à intégrer.


·       Main : L'eczéma sur les mains met en lumière une problématique au niveau de nos interactions avec le monde à travers le 'donner' et le 'recevoir' : la manipulation des objets, l'exploration, la communication (donner la main, serrer la main, signer, lire le braille) etc.


Chacune de ces localisations ouvre une fenêtre sur des émotions spécifiques et des conflits internes propres à chacun. En se posant les questions pertinentes sur la nature de ces séparations ou conflits, on peut progresser vers une compréhension plus profonde de nos besoins émotionnels et accéder à des voies de guérison plus intégrées, adressant à la fois l'aspect physique de l'eczéma et ses racines psycho-émotionnelles.

 

 

 

7.     L’expression idiomatique


« Être à fleur de peau » : du latin ‘florem’ qui signifie « la partie supérieure de quelque chose », « la surface ». Sa première apparition daterait XVIe siècle sous la forme de l’expression « à fleur de terre » ou « à fleur de sol ». Cette expression fait référence à une réactivité sensorielle vive ; être d’une grande sensibilité émotionnelle ou aussi d’une grande irritabilité, ce qui qui rappelle la réaction ‘épidermique’. Réagir fortement au moindre contact.




©2024 par Caroline PICOU-NOLL - L'ATELIER DE L'ÊTRE - Tous droits réservés



Décodage de la peau et de l'eczéma. Liens entre les émotions - ressentis et les symptômes - maladies. Décodage des origines des maladies. Sens des symptômes. Décodage biologique et émotionnel. L'Atelier de l'Être Caroline PICOU-NOLL

106 vues

Comments


bottom of page